Ce mois ci

Août 2018

La Som Tam au Top 10 Lonely Planet des meilleurs plats

Lonely Planet, le célèbre guide américain de voyages, place la Som Tam en 5e position de son classement des 500 meilleures expériences culinaires pour routards au monde. La fameuse salade thaïe de papaye verte est précédée par les pintxos (San Sebastian, pays basque espagnol), le curry laksa (Kuala Lumpur), le sushi (Tokyo) et le boeuf brisket (Texas).

Il est vrai que ces lamelles de papaye verte assaisonnées d’une mixture pilée dans un mortier (à base d'ail, sucre de palme, haricots verts, tomates, jus de citron vert, sauce de poisson, crevettes séchées, cacahuètes et piments frais) sont depuis longtemps très appréciées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières du Royaume. Mêlant saveurs aigre, douce et salée, la succulente salade de papaye verte met les papilles en émoi, à la fois forte en goût, fraîche et piquante.
Déclinée de différentes façons selon les régions, la Som Tam conserve toujours les 3 goûts qui font son originalité. Elle est moins aigre et salée dans le Nord. Le Centre la préfère plus sucrée alors que l'Isaan la sert plus aigre et épicée et que le Sud privilégie le salé.
Le nom de cette salade fait référence à la méthode de sa préparation qui impose de frapper et d'écraser avec un pilon le mélange qui accompagne les lamelles de papaye (en dialecte de l'Isaan : « som » veut dire « aigre » et « tam » signifie « frapper »).

Si nous vous avons mis l’eau à la bouche, lancez-vous et essayez cette recette :
- Prenez une belle papaye verte (non mûre et fraiche). Rincez la avant de l’éplucher. Prenez le fruit fermement en main puis à l'aide d'un grand couteau, incisez le dans le sens de la longueur et ce, tout autour. Votre papaye correctement entaillée, découpez finement le fruit en lamelles à l’aide d’une mandoline adaptée ou d’un couteau.
- Dans un mortier mettre de l'ail, des crevettes séchées, des petits piments, des tomates cerises et des haricots verts puis frappez et écrasez le tout avec un pilon.
- Ajoutez du sel, du sucre de palme, du jus de citrons vert, des cacahuètes et de la sauce de poisson.
- Goûtez et ajustez l’assaisonnement à votre goût.
- Ajoutez les lamelles de papaye verte, mélangez et laissez reposer quelques minutes avant de vous régaler !

Source : lepetitjournal.com/lepetitjournal-bangkok

Nan honorée de la recommandation royale

Lors du Forum du tourisme de l'ASEAN, la petite ville de Nan a été distinguée « Première ville normative de l'ASEAN pour le tourisme propre 2018-2020 ». Ceci est le résultat de la coopération étroite entre les autorités provinciales et la population locale afin de tenir rues et maisons propres, de trier les déchets, de travailler et vivre ensemble harmonieusement et d’aimer leur ville.
Afin de féliciter la population de Nan et tous les fonctionnaires de l'administration provinciale, Sa Majesté le Roi Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun a octroyé la recommandation royale à Nan.
M. Paisan Vimonrat, gouverneur de Nan, a déclaré qu’il ne pouvait contenir sa joie et son bonheur d’avoir été gracieusement honoré par Sa Majesté. Il s'est engagé à mettre en pratique les instructions royales et à mettre en œuvre toutes les politiques nécessaires de coopération avec les secteurs public et privé pour garantir les normes les plus élevées de propreté, de santé et d'hygiène.

Province tranquille, Nan est nichée dans une vallée verdoyante du Nord, le long de la rivière Nan et à la frontière avec le Laos. Multiculturelle, sa population compte divers groupes ethniques (Thai Yuan, Thai Lue, Thai Puan, Thai Khoen et Thai Yai). L'histoire, le développement et l'architecture de Nan ont été fortement influencés par divers royaumes dont particulièrement Sukhothai qui a joué un rôle politique et religieux important dans son développement. La jolie province recense six parcs nationaux, dont le magnifique parc national Doi Phukha. C’est une destination idéale pour la randonnée, l'écotourisme et les voyages d'aventure.


Phuket Tasty Fest 2018

Les 1er et 2 septembre le « Phuket Tasty Fest 2018 » investit le « 72nd Anniversary Queen Sirikit Park », également connu sous le nom de « Dragon Park », sur Thalang Road.
L'événement mettra en lumière les délices gastronomiques de Phuket, l'une des 18 villes du monde classées ville gastronomique par l'UNESCO, et qui sera également à l’honneur dans le nouveau Guide Michelin Bangkok, Phuket et Phang Nga 2019 à paraître en fin d’année.

Durant les deux jours du festival, les visiteurs auront l'embarras du choix pour se régaler dans l’une des nombreuses zones offrant une grande variété de plats, des spécialités emblématiques de Phuket comme le Mi Hokkien (nouilles chinoises et malaises), le Mi Hun Ba Chang (soupe de porc et vermicelles de riz) ou encore l’Oh Tao (petites huîtres frites mélangées avec du taro, des crevettes, du rôti de porc et des petits oignons), à une profusion de fruits de mer d’une grande fraîcheur.
Bien d’autres délices culinaires contenteront tous les appétits, qu’ils s’agissent de plats « signature » des 14 provinces du Sud, de cuisine Fusion très moderne ou encore de nourriture halal. Et bien sûr, les desserts ne seront pas oubliés. Enfin, la zone « Do It Yourself » (faites-le vous-même) permettra aux amateurs de s’essayer à concocter des spécialités locales de Phuket.

Les visiteurs n'ont pas à s'inquiéter de la gestion des espèces, car la « GSB Pay » de la Banque d'épargne du gouvernement fournira une possibilité de paiement via un QR code. De plus, la nourriture pourra être commandée à l'avance via une application smartphone.
Conformément à la politique de tourisme responsable de la TAT, le bureau de Phuket encourage les restaurateurs à réduire leur consommation de plastique et de boîte en polystyrène et demande aux visiteurs, dans la mesure du possible, d’apporter leurs propres récipients pour la nourriture.
L'événement de deux jours proposera également des démonstrations de chefs célèbres, une grande démonstration de réalisation de cocktails, des concerts de chanteurs et de groupes thaïs, des performances réalisées par des participants de l’émission TV « Thailand's Got Talent » ainsi que des jeux et des tirages au sort.


La Thaïlande paradis des golfeurs

La Thaïlande dispose d’un potentiel évident en matière de golf et elle entend bien devenir une destination incontournable pour les joueurs de golf du monde entier.
Elle mise pour cela sur un parc d’installations modernes qui constitue l’un des meilleurs rapports qualité-prix au monde, se situant à la pointe du secteur du golf sur le continent asiatique avec plus de 250 parcours, dont 148 de 18 trous. Des parcours stimulants et excitants ainsi que des caddies thaïlandais bien formés et courtois ont contribué à rendre la destination populaire auprès des amateurs de golf, en particulier au Japon, en Corée, en Europe, en Inde et en Chine.
Par ailleurs, les parcours sont praticables toute l’année grâce au climat, les green fees sont attractifs, les clubhouses bénéficient d’agréables installations et les trous se disputent dans un environnement exotique souvent spectaculaire. Sans oublier qu’après l’effort sportif, les spas et les massages traditionnels sont de vrais bonheurs.

Le Gymkhana Golf Course de Chiang Mai, premier terrain de golf du royaume, apparait en 1898 mais ne compte que 9 trous. En 1923, le Roi Rama VII lance la construction du premier parcours 18 trous, le Royal Hua Hin Golf Course.
Si l’association thaïlandaise de golf a été créée en 1957, l’engouement pour ce sport ne s’est développé que plus tard, sous l’impulsion de deux facteurs : le boom économique du début des années 90 et la domination durant les années 2000 d’un certain Tiger Woods, né de mère thaïlandaise.
La Thaïlande s’est alors dotée de parcours de toutes catégories, du plus simple au plus prestigieux. Ainsi le Black Mountain Course de Hua Hin, dessiné par le célèbre architecte australien Phil Ryan, est considéré comme l’un des plus beaux d’Asie.
Aujourd’hui, le pays accueille huit tournois du circuit professionnel et compte des champions de classe internationale comme les soeurs Ariya et Moriya Jutanugarn dont la première s’est hissée en tête du classement mondial féminin. Avec ses 19 victoires sur le circuit international, le golfeur Thongchai Jaideea a fait des émules dont Kiradech Aphibarnrat qui a remporté cette année le tournoi de Perth en Australie.

Source : lepetitjournal.com/bangkok

Surf à Phuket

Phuket commence à se faire un nom dans le petit monde du surf. La côte ouest de l’île acquiert lentement mais sûrement une belle réputation même si ce n'est pas Waikiki.
La saison de surf à Phuket commence en avril et se termine en novembre. Ne vous attendez pas à de grosses vagues ni à des tubes (la hauteur maximale avoisinerait les 3 m) mais il y a quelques spots qui offrent aux amateurs de surf suffisamment de sensations pour passer leurs vacances à Phuket en basse saison.

Parmi les bons spots :
Kata Beach est la capitale du surf à Phuket. Réputé pour ses vagues constantes, c'est le lieu logique de la plus grande compétition annuelle de surf de l'île. Les vagues sont rapides mais faciles à manoeuvrer et peuvent parfois atteindre le banc de sable. Ici on trouve facilement des planches à louer et des instructeurs pour prendre quelques leçons. Les vents sont du sud-ouest au nord-est. La houle atteint deux mètres. Il y a une pause plage à l'extrémité sud de la plage.

Le milieu de la plage de Bang Tao Beach est protégé des houles et certaines petites vagues sont accessibles. Plus au nord, le long de la plage, les vagues grossissent à mesure qu'elles sont exposées au vent. Les bancs de sable changeants rendent le passage imprévisible, mais parfois, il est presque parfait. Vents du sud avec des vagues atteignant trois mètres.

Kalim Beach est l'une des meilleures plages de surf de Phuket et attire de nombreux adeptes car elle est protégée de la houle. Le trajet de glisse est d'environ 50-100 mètres de long et devient très peu profond à la fin. Les vents vont du sud-est au nord-est avec une houle pouvant atteindre trois mètres. Rupture de récif de corail peu profonde.

Spot pour surfeurs expérimentés, l’extrémité nord de Kamala Beach est une plage avec des bancs de sable stables en raison des récifs. Ici, il y a des vagues constantes de trois mètres et elles se rapprochent de la côte. Vents variables avec houle jusqu'à trois mètres.

Laem Singh Beach offre un surf très rapide. Ici, vous pouvez surfer sur la plupart des marées. Surf très rapide, protégé des vents, avec houle jusqu'à trois mètres.


Stop aux plastiques à usage unique dans les parcs nationaux

Afin de lutter contre la pollution plastique, depuis le 12 août, le Département des parcs nationaux, de la conservation de la vie sauvage et de la conservation des plantes (DNP) encourage les visiteurs à réduire la consommation de plastiques à usage unique dans les 154 parcs nationaux de Thaïlande.
Cette initiative concerne les sacs, contenants alimentaires, bouteilles d'eau et ustensiles en plastique, essentiellement tout article qui est généralement utilisé une fois, puis jeté.
Une série de bannières, dans un premier temps en thaï, sensibilisent les visiteurs à cette nouvelle initiative dans les parcs nationaux. Elles encouragent les gens à réfléchir au mal que le plastique qu'ils jetteraient ferait à l'environnement et à agir de manière respectueuse.
Le DNP estime que son initiative permettra de réduire les déchets en plastique d’environ trois millions et qu’au moins 10 millions de personnes (visiteurs, responsables, commerçants, grand public) la respecteront.


Le Tour de France arrive en Thaïlande le 21 octobre

Se tenant pour la première fois en Asie du Sud-Est, « L’Etape Thaïlande by Le Tour de France » aura lieu à Phang-nga du 19 au 21 octobre, la course ayant lieu le 21.
L’épreuve cycliste phare se déroulera sur des routes fermées et dans des conditions de course professionnelles dans le paysage spectaculaire de la belle province du Sud.
Cette superbe compétition est une autre étape importante de la promotion de la Thaïlande en tant que plaque tournante mondiale des événements sportifs. Elle offre aux cyclistes et aux spectateurs un autre point de vue sur le royaume.
« L’Etape Thaïlande by Le Tour de France » mettra à l'épreuve l'endurance et la détermination des cyclistes avec un choix de deux parcours, tous deux débutant à Khao Lak et se terminant à Ta Kua Pa (140 km et 70 km).

Informations : www.letapethailand.com

Faites l’expérience de la méditation

Chacun d’entre nous éprouve à un moment donné la difficulté à vivre dans le monde moderne. Le stress, la dépression ou encore la désillusion sont quelques-uns des maux auxquels il faut faire face et trouver une solution. De plus en plus de personnes se tournent alors vers la méditation.
La méditation se trouve sous une forme ou une autre dans toutes les principales traditions religieuses. Dans le bouddhisme, la méditation est la partie intégrale du chemin de l'illumination. On entraîne son esprit pour qu'il puisse voir la Vérité Suprême en quatre points qui forme le cœur des enseignements de Bouddha: la souffrance, ses causes, la fin de la souffrance et le chemin qui mène à cette fin. Même si le bouddhisme ne vous intéresse pas, la méditation est un exercice qui peut être pratiqué dans la vie de tous les jours, car elle aide par la concentration, quand elle est faite correctement, à trouver la paix intérieure, un état de parfaite tranquillité, au delà des satisfactions matérielles.
Les deux formes de méditation, dans le bouddhisme sont appelées : samatha (calme et concentration) et vipassana (intériorité), qui repose sur la prise de conscience. Ceci ne signifie pas qu'elles sont totalement distinctes, car il n'y a pas de conscience sans concentration.

Les techniques de la méditation samatha sont nombreuses, certaines antérieures au bouddhisme, d'autres développées après l'époque de Bouddha. Parmi celles qui sont pratiquées le plus communément citons anapanasati, c'est-à-dire « l'attention à la respiration ». Cette technique a été évoquée par le Vénérable Buddhadasa Bhikhu (1903-1993), fondateur du monastère Suan Mokkh à Surat Thani. La méditation Mantra, qui consiste à réciter quelques mots inlassablement est pratiquée largement également. Ceux qui la pratiquent peuvent prononcer « Bhuddh » en inspirant, et « dho » en expirant. Les mots peuvent varier, mais le but du chant est de concentrer l’esprit. Une autre technique largement enseignée est celle des kasinas, où les méditants se concentrent sur un objet extérieur à eux-mêmes, comme la flamme d'une bougie ou une boule de cristal.

Sati, ou l'attention, est la clé de la méditation vipassana. Vous vous entraînez à prendre conscience des mouvements de son corps, de sa poitrine quand on inspire, quand on expire, de ses pieds et jambes quand on marche, comme de ses sensations et de ses pensées, pour atteindre l'état de conscience.
La méditation en marchant, en étant assis ou debout, ne sont que quelques unes des techniques.
Quand l'esprit n'est pas entraîné, la concentration peut être interrompue par les moindre stimuli, bruit, odeur, douleur, colère, etc. Il importe alors d'en être conscient, mais de ne pas s'y attarder. Un novice peut éviter de telles distractions c'est pour cette raison que les retraites de vipassana se tiennent ordinairement en des lieux isolés et paisibles.

Les enseignements de méditation sont largement dispensés en Thaïlande. Vous pouvez assister à un cours dans l’un des monastères d’enseignement pour un après-midi ou une soirée. Wat Mahadhatu près du Grand Palais, par exemple, dispose de deux centres de formation ouverts aux touristes. Vous pouvez également participer à une retraite vipassana, qui prend généralement un week-end ou plus. Un certain nombre de centres de retraite, situés pour la plupart dans les provinces, dispensent des cours intensifs de quatre semaines au maximum.

Toutes les retraites vipassana exigent que vous suiviez les cinq préceptes bouddhistes, c'est à dire s’abstenir de nuire à tous les êtres vivants, ne pas prendre ce qui n’est pas donné, ne pas avoir de relations sexuelles, ne pas mentir et tenir des propos incorrect, et ne pas boire d'alcool ou prendre des drogues ou intoxicants qui troublent l'esprit.
Pour participer à certaines retraites, il faudra accepter de respecter les Huit Préceptes, c'est-à-dire les cinq précités, et en outre, s'abstenir de dîner, de se distraire, de porter des décorations et de dormir sur un lit luxueux.

Le respect de son enseignant est inhérent à la culture thaïlandaise. Au début d'une session de vipassana, vous devez assister à une cérémonie d'ouverture, où vous rendrez hommage aux maîtres de méditation en leur offrant des bâtons d'encens, de bougies et des fleurs. Il y a également une cérémonie de clôture où vous remerciez vos professeurs et leur dites adieu. Même si vous ne pouvez pas rester pendant toute la durée du cours, assurez-vous d’effectuer ce rituel avant votre départ.

Une fois engagé dans un cours, il importe de ne suivre que la technique qui y est enseignée. Mélanger plusieurs techniques conduit à la confusion.
La tenue blanche est de rigueur, il faut donc vérifier si on peut se procurer des vêtements blancs sur place ou s'il faut en emporter avec soi.
Dans la plupart des monastères, hébergement simple et nourriture sont prévus, sans contrepartie financière. Parler, lire et écrire sont déconseillés, car cela détourne de la méditation.
Les participants n'étant pas autorisés à quitter le lieu de retraite sauf urgence, il est préférable de vérifier que l'on a pris avec soi suffisamment de vêtements de rechange, d'affaires de toilettes, etc. pour la durée du séjour. Les débutants participent d'abord à une session d'un jour ou deux, avant de se joindre à une retraite plus longue.

A Bangkok, certains centres de retraites proposent des cours en anglais dans la journée. De nombreux temples à travers le pays enseignent également la méditation samatha et vipassana.
Contactez le bureau le plus proche de l'Office National de Tourisme de Thaïlande pour obtenir une liste des temples locaux où des cours en anglais sont organisés.


Insight Thainess épisode 5 : Old Man and His Crafts

Ce cinquième épisode de la série « Insight Thainess » a pour titre « Le vieil homme et ses œuvres ». La sagesse populaire du sala, un maître artisan Lanna, est avant tout l'art de raconter des histoires illustrant le mode de vie Lanna à travers des œuvres d’arts et d'artisanat délicates. Dans un groupe de sculpture sur bois du village de Tham Pha Tong (district de Tha Sut à Chiang Rai), ces salas travaillent toujours sur leurs chefs-d’œuvre et font résonner leur martèlement dans le monde entier.
Kamchan Yano est l’un d’entre eux. Il transforme un morceau de bois sans valeur et sans vie en automate. Un mécanisme électrique complète sa sculpture traditionnelle pour donner vie à de petits morceaux de bois. Ce style de fabrication a rehaussé la valeur des arts du bois et a forgé l’identité remarquable de ce groupe de sculpture sur bois connu parmi les amateurs d'art du monde entier, véritable esprit vivant de l'artisanat thaïlandais. Du passé au présent, la sculpture sur bois reflète la détermination de sala Kamchan pour préserver la vie idyllique de la culture Lanna afin de la transmettre à la jeune génération et de la maintenir vivante dans le cœur des gens.

Voir la vidéo : www.youtube.com/watch?v=eb40oajOptk

Google Maps étend le mode moto à la Thaïlande

En Thaïlande et sur plusieurs destinations asiatiques où les deux-roues sont un moyen de transport très populaire, Google Maps a dévoilé un nouveau mode « Moto ». L’ajout de ce nouveau mode de transport prend en compte les temps de déplacement grâce aux vitesses typiques des motos et des scooters, offre des itinéraires pour les chemins étroits et les raccourcis auxquels une voiture ne peut accéder et évite les routes à péage où les deux-roues ne sont pas autorisés à circuler.
Contrairement à une indication de conduite typique qui vous précise de tourner dans certaines rues, la navigation utilise les informations les plus récentes sur la rue pour indiquer les directions avec des points de repère tels que « tourner à droite à l’hôpital de Bangkok ».
Krish Vitaldevara, responsable du produit chez Google Maps, explique que l’objectif est que les conducteurs lisent d’abord les instructions avant de commencer leur trajet, d’autant plus que ces pays ont tendance à multiplier les routes et les ruelles sans noms.
Le mode moto sur Google Maps est disponible à Hong Kong, en Indonésie, en Malaisie, au Myanmar, aux Philippines, à Singapour, à Taiwan, au Vietnam et en Thaïlande. Cette mise à jour de Google Maps apparait sur Android et, pour le moment, Google n’a pas encore précisé quand elle serait disponible sur iOS ou sur le Web.


Les charmes de Nan

Ancré dans l'histoire et abritant des paysages pittoresques, Nan est l'un des endroits les plus sous-estimés du Nord. Malgré les charmes indéniables de la région, la plupart des touristes étrangers ont tendance à contourner Nan en faveur de sites touristiques plus développés tels que Chiang Mai et Chiang Rai. Si votre itinéraire est flexible et que vous prévoyez déjà un voyage dans le Nord de la Thaïlande, réservez du temps pour Nan.
La ville charmante et compacte de Nan est un plaisir à explorer. La plupart des sites historiques tels que le Wat Phumin et le musée national sont facilement accessibles à pied. Vous pouvez également louer un vélo et utiliser les pistes cyclables. Il y a aussi un tram touristique qui couvre la plupart des attractions principales.
Levez-vous tôt et rendez-vous au marché du matin pour vous familiariser avec la ville et assister à la quête des moines. Profitez d'un copieux petit-déjeuner dans l'un des restaurants à proximité du marché, puis promenez-vous dans la zone centrale historique de Nan. Le temple du Wat Phumin est orné d’une fameuse peinture murale, « Whispering », que vous verrez reproduite sur des souvenirs et des t-shirts. Visitez les différents temples du centre-ville puis installez-vous pour déjeuner dans l'un des restaurants du bord de la rivière. Après avoir dégusté de délicieuses spécialités locales, faites un court trajet à l'extérieur du centre-ville pour admirer la célèbre image de Bouddha sur la colline du Wat Phra That Khao Noi.
Les amateurs d'art apprécieront l'espace artistique Nan Riverside tandis que les amoureux de la nature profiteront de l'occasion pour explorer la beauté du parc national de Si Nan et de Doi Samer Dao.
Nan marque la fin du carême bouddhiste (généralement en octobre) avec une série de courses de bateaux longtail toujours amusantes à regarder. Si vous préférez être actif sur l'eau plutôt que simple spectateur, Nan est un bon endroit pour faire du rafting. Contactez une agence de voyages locale spécialisée pour organiser une descente exaltante sur la rivière Wa.


Influence architecturale européenne sur le golfe de Thaïlande

Les trois provinces de Samut Prakan, Chanthaburi et Trat partagent une histoire commune avec la France. Après la crise du Paknam en 1893, les troupes françaises occupèrent les provinces de Chanthaburi et de Trat. L'occupation qui a suivi pendant 14 ans s'est révélée très influente dans le vieux quartier de Chanthaboon où les bâtiments présentent des fenêtres de style européen, des arcades et des balcons en bois semblables à ceux construits dans l'Indochine française.
Le fort Phra Chulachomklao se dresse dans le quartier de Phra Samut Chedi (Samut Prakan). Construit entre 1884 et 1893 par le roi Chulalongkorn le Grand dans le style européen, il a depuis été modernisé et transformé en musée. Il présente une exposition sur l'incident de Paknam et la guerre franco-siamoise de 1893. Le parc historique de la forteresse King Rama 5, en face du musée, révèle également des informations sur la guerre et le développement de la marine royale thaïlandaise.
L'ancien quartier Chanthaboon de Chanthaburi affiche encore des influences architecturales françaises. Pas moins d’une douzaine de maisons historiques ont survécu à la modernisation. Beaucoup sont maintenant des cafés, des galeries d'art, des restaurants et des hôtels de charme. Le Baan Phokabarn abrite un centre d’information et un petit musée présentant des photos anciennes illustrant cette époque révolue. L'impressionnante cathédrale de l'Immaculée Conception, dont la construction commença lors de la brève occupation française, se trouve près de la rivière. Terminée deux ans après le retrait de la France, c’est encore aujourd’hui l'une des plus grandes églises catholiques de Thaïlande. La façade extérieure est plutôt austère avec sa couleur brun gris et contraste avec l’intérieur de style gothique exubérant. Son plafond voûté, ses peintures murales en trompe-l'œil et ses vitraux ont tous été fabriqués en France. L'église est une plaque tournante importante pour la communauté catholique vietnamienne de Chanthaboon qui a émigré pendant la période coloniale française.
Le palais Suan Ban Kaeo, dans le district de Ta Chang, est un autre exemple important du style européen du début du 20e siècle. La résidence royale de la reine Rambhai Barni, un palais composé d’un groupe de chalets en bois, a été construite dans un style typiquement européen.
Une ancienne prison française est ouverte aux visiteurs en face de l'élégant palais. La prison de Khuk Khi Kai, juste avant Laem Sing Beach, a été édifiée pour enfermer les Thaïlandais rebelles à l'occupation française. Cette prison de forme carrée a été bâtie avec des briques de 4,40 mètres de côté chacune. Les murs étaient perforés pour permettre la ventilation.
La province la plus orientale de la Thaïlande offre également un patrimoine lié à la France le long de la côte du golfe de Thaïlande, en commençant par le centre-ville de Trat. La ville historique (district de Bang Phra) conserve également une collection de maisons en bois centenaires dont certaines construites pendant l'occupation française. L'ancienne maison du gouverneur français à Trat, située sur la route de Luk Mueang, est rénovée. Il s'agit d'un bâtiment blanc simple de deux étages contrastant avec l'ancien hôtel de ville de Trat, plus élaboré, aujourd'hui devenu le musée de Trat.
La forme et l'architecture du musée de Trat, magnifiquement restauré, avec son grand fronton et ses piliers en bois, s'inspirent des maisons européennes du sud de la Thaïlande. Ici, les visiteurs peuvent profiter d'un excellent aperçu de l'histoire de Trat.
En dehors de ces quelques beaux bâtiments, l'influence française est principalement visible aujourd'hui dans le nombre de touristes qui séjournent le long du golfe de Thaïlande. C'est une cohabitation bien plus pacifique qu'il y a 100 ans !


Sangkhaburi, en dehors des sentiers battus

Beaucoup de touristes étrangers visitent Kanchanaburi mais rares sont ceux qui montent plus de 200 km au Nord pour découvrir Sangkhlaburi et son lac nichés dans les montagnes à la frontière avec la Birmanie.
Les Thaïlandais connaissent bien cette destination que son pont en bois de style Mon a rendu célèbre dans tout le pays. C’est le plus long du genre au monde. Véritable symbole de Sangkhlaburi, l’édifice est indispensable car il assure la liaison entre les deux rives de la ville coupée en deux par le lac Khao Laem, d’un côté la rive thaïe de l’autre la Mon.
Cet incroyable pont fascine tous les visiteurs de bien des façons, en l’empruntant, en allant l’observer par dessous en bateau, en l’admirant d’une des rives nimbé de brume matinale, en regardant des habitants en costumes traditionnels le traverser sur fond de ciel azur ou encore en l’appréciant sous le flamboiement du coucher du soleil.
Appelée Wangkha, la rive Mon abrite 2 temples méritant d’être visités : le Wat Chedi Buddhakhaya au chedi doré carré qui est le plus important de Sangkhlaburi et le Wat Wang Wiwekaram, appelé aussi Wat Mon, qui est le centre spirituel des Mon de Thaïlande.
Une balade en bateau longue queue sur le lac est incontournable non seulement pour le point de vue offert sur le pont mais aussi pour apercevoir le Wat Saam Prasob, temple noyé qui se découvre plus ou moins selon la saison et le niveau de l’eau.
Les environs de Sangkhlaburi ne manquent pas d’attraits : petits villages Karen et Mon, grottes, cascades, Réserve de Thung Yai Naresuan et Parc national de Khao Laem offrant des paysages superbes.
Vous pouvez aussi vous rendre au Col des Trois Pagodes, point de frontière entre la Thaïlande et le Myanmar (ex-Birmanie). Appelé Dan Chedi Sam Ong en thaï, ce canal frontalier lie les deux pays depuis des siècles. Durant la période des royaumes birman d’Ava et thaï d’Ayutthaya (14e-18e siècles), le col fut la principale route des invasions birmanes et siamoises. Les trois petites pagodes auxquelles il doit son nom ont probablement été construites à la fin de cette période tumultueuse comme symbole de paix.
La frontière n'est pas toujours ouverte. Mais si c'est le cas, vous pouvez obtenir un visa d'une journée pour 10 USD afin de visiter la ville birmane de Payathonzu.

Source : thailandee.com


Découvrez le Sanam Chan Palace et Nakhon Pathom

Nakhon Pathom, une petite province située à seulement 56 kilomètres à l’ouest de Bangkok, célèbre cette année les 111 ans du palais Sanam Chan, un de ses sites historiques et principales attractions touristiques.
Le palais Sanam Chan, situé dans la ville de Nakhon Pathom, a été construit en 1907 sur ordre du roi Vajiravudh (Rama 6) alors qu'il était prince héritier. Pendant son règne, Sanam Chan a été utilisé comme résidence temporaire lors de ses voyages pour rendre hommage à la grande pagode Phra Pathom Chedi ou pour s’offrir un séjour tranquille.
Couvrant une grande surface, il est composé de belles salles et de maisons de style thaïlandais en teck. Des objets d'art précieux sont exposés dans cet ancien palais qui reflète la finesse d'un mélange de styles d'architecture.
Nakhon Pathom compte de nombreux sites historiques et culturels. Située à la périphérie de Bangkok, la province est souvent visitée par des touristes locaux et internationaux qui cherchent une excursion d’une journée ou une pause éloignée du brouhaha de la gigantesque capitale. La province est célèbre pour la grande pagode Phra Pathom Chedi qui est l'un des plus hauts monuments bouddhistes au monde. Haute de 127 mètres et scintillante comme de l'or au soleil, l'énorme pagode attire des visiteurs venus de loin. Un autre endroit intéressant est le Buddhamonthon, reconnu comme l'un des centres du bouddhisme mondial. Il a été construit par le gouvernement et le peuple thaïlandais pour commémorer les 2500 ans d'existence du Bouddha.
La province a mis en place des stratégies pour se développer en tant que source majeure de production agricole et ville d'attractions culturelles et historiques. De nombreuses populations locales sont engagées dans l'agriculture et l'élevage. Les principales cultures commerciales sont le riz, la canne à sucre, les fruits, les légumes et les plantes décoratives, en particulier les orchidées.


Merveilleuse Koh Lipe

Parmi la collection d’îles paradisiaques en Thaïlande, certaines moins connues que d’autres attirent de plus en plus de voyageurs tout en conservant leur douceur de vivre et leur quiétude. C’est le cas de Koh Lipe qui offre des plages immaculées baignées d’une eau bleu cristalline, des restaurants régalant de poissons d’une fraîcheur exceptionnelle et des sites de plongée prodigieux.
Située dans la province de Satun, au sud près de la frontière avec la Malaisie, Koh Lipe appartient à l'archipel d'Adang-Rawi, à la périphérie du parc marin national de Tarutao.
À l'origine habitée seulement par les Gitans de la mer, les Chao Ley, cette petite île en forme de L encadrée par un récif magnifique s’est récemment développée pour répondre à la demande touristique. Désormais un grand choix d'hébergements est disponible, des bungalows en bambou aux complexes hôteliers quatre étoiles.
Ce petit paradis offre un cadre magique à des vacances balnéaires sereines d’autant qu’ici tout se fait à pied puisqu’il n’y a aucune voiture.
Sunset Beach (ouest), Sunrise Beach (est) et Pattaya Beach (sud) sont les trois principales plages.
Pattaya la plus longue (1 km) et la plus populaire abrite un large éventail d'hôtels, de restaurants, de boutiques et de bars. Située près du village de Chao Ley, Sunrise Beach est une longue bande de sable blanc (environ 800 m) bordant une large baie peu profonde. Sunset Beach est une petite plage paisible (200 m). Ses restaurants et bars construits en bambou et en bois flotté contribuent à son charme.
Koh Lipe et ses environs sont réputés pour le snorkeling et la plongée sous-marine. « 8 Mile Rock », « Yong Hua Shipwreck », « Sting Ray City », « Hin Takorn Dukong » et « Stonehenge » ne sont que quelques-uns des spots les plus célèbres à explorer. L’île accueille de nombreux centres de plongée, donc même si vous n'avez jamais plongé auparavant, vous pouvez facilement apprendre et obtenir un certificat PADI Open Water qui vous permettra de découvrir la plupart des merveilles sous-marines du coin. Pour la plongée avec palmes et tuba, c'est encore plus facile. Le matériel se loue le long des plages et vous pouvez directement aller découvrir les superbes récifs de corail qui se trouvent à quelques mètres du rivage. Kayak de mer et voile sont également des activités disponibles.
Sinon, faire le tour de l'île à pied prend environ une heure et permet d’admirer à son rythme la végétation tropicale luxuriante et la faune. Randonner à Koh Lipe offre également l’opportunité d'atteindre de petites plages cachées dignes d’un Robinson Crusoé.
Pour vous restaurer, vous avez le choix entre les savoureux plats thaïs de la rue ou une délicieuse cuisine locale et internationale servie dans les restaurants. Le soir venu, plusieurs cafés et bars assurent une sympathique animation.
Plages de sable blanc, eaux turquoise, cocotiers, forêt tropicale luxuriante, récifs de corail colorés (25% des poissons tropicaux du monde se trouvent ici) )… Avec sa splendeur naturelle, son atmosphère détendue et sa douceur de vivre, Koh Lipe est une destination de vacances gagnante.


Découvrez les compagnies opérant des vols intérieurs

Planifier un voyage en Thaïlande surtout si vous souhaitez découvrir le pays du nord au sud en 15 jours ou 3 semaines, impliquera probablement d’inclure un ou plusieurs vols domestiques au programme.
La bonne nouvelle c’est que bien souvent la rude concurrence que se livrent les compagnies low cost vous permettra d’avoir accès à des tarifs légers.
Pour vous aider, voici une courte présentation des compagnies aériennes opérant des vols intérieurs.

Thai Smile est la filiale low cost de Thai Airways, autrement dit la qualité Thai Airways à petit prix. Les tarifs sont souvent un peu plus élevés que chez les concurrents et les promotions plus rares mais les quelques euros d’écart sont largement justifiés par le niveau de service à bord dont une collation (snack boisson) sans supplément.
Thai Smile autorise 20 kilos de bagage en soute ( 10 kg si vous avez le Smile Pass) et un bagage en cabine de 7 kilos maximum.
La compagnie opère depuis l’aéroport de Suvarnabhumi à Bangkok, ce qui est pratique pour enchaîner après ou avant un vol international sans changer d’aéroport.
www.thaismileair.com

Opèrant depuis l’aéroport de Don Muang Bangkok, Thai Lion Air est la compagnie low cost offrant probablement les meilleurs tarifs. De plus elle fait de gros efforts pour étoffer régulièrement son offre de destinations.
10 kilos de bagage sont autorisés en soute. Si vous pensez les dépasser, achetez le supplément de poids dés votre réservation en ligne, cela vous coûtera moins cher qu’au comptoir d’enregistrement. Le poids maximum du bagage à main est 7 kilos. A bord les boissons sont payantes.
www.lionairthai.com

Opèrant depuis l’aéroport de Don Muang Bangkok, Nok Air est une compagnie low cost compétitive.
Sur son site Internet les promotions se succèdent très régulièrement avec des vols autour de 600 bahts (env. 20 euros). Sur ses billets à tarif promotionnel, la compagnie demande un supplément de l’ordre de 300 bahts (env. 10 euros) pour 15 kilos de bagage en soute à acheter dés la réservation en ligne. Le poids maximum du bagage à main est de 7 kilos.
En vol, les hôtesses distribuent gratuitement une petite bouteille d’eau. Sur certaines liaisons, vous disposez aussi du WIFI gratuit. Enfin, dans chaque aéroport, vous avez également accès gratuitement au WIFI de Nok Air en utilisant votre numéro de réservation pour vous identifier.
Nok Air propose de nombreuses formules « vols plus bateaux » vers plusieurs îles (Koh Samui, Koh Phangan, Koh Tao…) et « vol plus minivan » vers plusieurs destinations comme Ao Nang, Sukhothaï ou encore Phu Kraduang (province de Loei).
www.nokair.com

Longtemps référence du low cost en Thaïlande, Thai Air Asia, est maintenant très concurrencée par Nok Air ou Thai Lion Air. En revanche, elle est la seule compagnie à proposer certaines routes, notamment au départ de Chiang Mai.
Deux fois par an, Air Asia fait une « Big Sale » (grande braderie) avec des billets d’avion annoncés à prix coûtant (vous ne payez que les taxes d’aéroport et frais de gestion mais attention pas de bagages en soute sauf supplément). Il y a aussi de plus en plus souvent quelques promotions ponctuelles très intéressantes. Sinon, plus vous réservez tôt, moins vous payez cher.
Il faut être très attentif concernant les bagages lors de la réservation en ligne de billets sur le site de la compagnie. Regardez bien l’étape du choix du poids du bagage en soute (il n’est jamais compris dans le premier prix affiché). Il faut payer un supplément (c’est moins cher si vous le faites dès l’achat du billet en ligne) de l’ordre de 320 bahts pour 15 kg. Le poids maximum du bagage à main est de 7 kilos.
A bord tout est payant. Air Asia opère depuis l’aéroport de Don Muang à Bangkok.
www.airasia.com

Arrivée depuis peu sur le marché thaïlandais, la compagnie vietnamienne VietJetAir a l’avantage d’opérer depuis Suvarnabhumi. Elle ne couvre pour l’instant que peu de destinations mais propose un étonnant vol direct Chiang Rai – Phuket qui peut-être intéressant. Ces tarifs sont attractifs mais, hors promotion, ils sont en général plus chers que Nok Air ou Lion Air voire Air Asia. En revanche, les promos de VietJetAir sont très agressives et parmi les meilleures. La compagnie pratique notamment des ventes flash avec des billets d’avion dont vous ne payez que les taxes.
Tous les prix affichés s’entendent sans bagage en soute et jusqu’à 7 kg de bagage à main. Il faut donc systématiquement rajouter un supplément bagage en soute dés la commande de votre billet. VietJetAir offre le supplément bagage le moins cher, de l’ordre de 250 bahts pour 20 kilos.
Aucune collation ou boisson n’est distribuée gratuitement à bord.
www.vietjetair.com

Bangkok Airways n’est pas une compagnie low cost. Propriétaire de l’aéroport de Koh Samui, elle est la seule à proposer des vols directs depuis ou vers Koh Samui, et depuis ou vers Bangkok, Phuket, Chiang Mai ou Krabi. Elle est clairement plus chère que ses concurrentes mais offre aussi un meilleur service à bord même si en terme de place entre les sièges, elle ne fait pas mieux que les compagnies low cost.
Malheureusement, ses promotions ne sont pas accessibles depuis l’Europe.
Bangkok Airways opère depuis l’aéroport Suvarnabhumi où son lounge proposant un buffet gratuit est accessible aux passagers de classe économique.
www.bangkokair.com

Source : thailandee.com

Source : www.thailandee.com

Udon Thani sert « du bonheur dans tous ses menus »

Dans le cadre de la grande opération commerciale « Thailand Shopping and Dining Paradise 2018 » qui a lieu jusqu’au 31 août, l'Office National du Tourisme de Thaïlande (TAT) en coopération avec la province d'Udon Thani, l'Office du Tourisme et des Sports d'Udon Thani, la Chambre de Commerce d'Udon Thani et divers partenaires stratégiques des secteurs public et privé viennent de lancer « Udon…..Serves Happiness in All Menus ». Avec pas moins de 419 établissements proposant des réductions, une grande variété d’attractions touristiques, d'hôtels, de divertissements et de services, ainsi qu’une population toujours heureuse d’accueillir les visiteurs, vous verrez que la ville d’Udon Thani est vraiment prête pour servir « du bonheur dans tous ses menus ».
Une autre bonne raison de partir à la découverte de l’Isan (Nord-Est).


La fabuleuse culture alimentaire de Phuket

La culture alimentaire de Phuket fait partie de ses meilleurs atouts. Laissez-nous vous mettre l’eau à la bouche en vous parlant de cette cuisine locale unique à base de fruits de mer frais, d’épices puissantes, de saveurs fermentées et piquantes, de légumes croquants des petits producteurs et de viandes mijotées lentement.

Fortement influencée par les préférences culinaires de ses voisins, en particulier la Malaisie et l'Indonésie, la cuisine du Sud ne manque pas de caractère. Ses currys et ses saveurs sont les plus puissants, mariant la chaleur des piments aux notes aigre et piquante du tamarin.
Les diverses influences culturelles se reflètent dans la préparation, le goût et la présentation.
La cuisine et la nourriture locale de Phuket (dite « Baba Peranakan ») est la combinaison de nombreuses habitudes alimentaires, qu'elles soient chinoises, malaises ou thaïlandaises.
Une grande population musulmane et une délicieuse cuisine halal, ainsi qu'une pléthore de bateaux de pêche ont également marqué la cuisine du Sud, fortement axée sur les fruits de mer, les viandes et l'utilisation de beaucoup de citronnelle, de tamarin et de feuilles de lime kaffir. Parmi les plats populaires citons le Kaeng Tai Pla (curry de poisson fermenté), le Kaeng Som Pla (soupe de poisson aigre-douce), le Kua Kling (curry de viande frite) ou encore le Massaman, un curry de viande et de pommes de terre.

La culture culinaire de Phuket est inscrite dans la vie quotidienne locale traditionnelle autour de repas copieux partagés en famille.
Le petit déjeuner est le premier repas le plus important de la journée, c’est le moment où les habitants se réveillent et sentent le café, littéralement. Les grains forts et amers torréfiés à l’ancienne produisent une infusion qui réveillerait un mort. Les gens de Phuket sont connus pour accompagner leur café noir de lait concentré sucré ou de lait frais. Ce rituel matinal est généralement consommé avec l'un de ces trois plats qui illustrent la diversité culinaire : Dim Sum (hérité des immigrants chinois) comprenant des boulettes cuites à la vapeur, du poisson, du tofu, du Bak Kut Teh (soupe de côtes de porc) et des nouilles Misua - Roti garni d'un oeuf au plat et servi avec une variété de curry (influence malaise) - Khanom Chin (nouilles de riz fermentées) servi avec divers curry (Thai et Phuket) dont le Kaeng Tai Pla (curry de poisson fermenté).
Le déjeuner est l'occasion d’engloutir de bonnes nouilles pour s’assurer un regain d'énergie en milieu de journée. Parmi les plus populaires : les Mi Hokkien (nouilles chinoises malaises) et les vermicelles de riz Mi Hoon (Phuket). Un déjeuner traditionnel n'est jamais complet sans le dessert préféré de l'île, O-Aew (glace pilée garnie de sucreries et de gelée).

A Phuket, l’interprétation du traditionnel « High Tea » britannique permet d’avaler un Mi Hun Ba Chang (des nouilles de riz avec une soupe de porc), l'un des plats les plus emblématiques de Phuket qui existe aussi en version satay de porc et rouleaux de printemps.

Le dîner est le repas familial le plus important de la journée. Les habitants de Phuket ont tendance à préférer les plats à forte saveur pour le soir, soit très épicé, très acide ou très sucré. Beaucoup sont parfumés de curcuma. Sa saveur unique est utilisée pour accompagner les poissons et autres fruits de mer. Parmi les plats préférés du dîner : Pla Sai Thot Kamin (poisson frit avec du curcuma frais), Mu Hong (compote de porc aux herbes), Nap Chup Yam (pâte de piment), Nam Phrik Kung Siap (pâte de crevettes au piment), Mi Hun Kaeng Pu (nouilles de riz au crabe et au curry), Loba (tête de cochon frite) et Yam Pak Kut (salade de fougère épicée).

La reconnaissance de la culture culinaire de Phuket est sur le point de devenir internationale avec le très attendu Guide Michelin Bangkok, Phuket et Phang Nga 2019 qui devrait être publié à la fin de cette année.


De bien belles randonnées

La Thaïlande compte de nombreux sentiers de randonnée dans la jungle et/ou la montagne. Ils permettent de découvrir la nature, la flore, la faune et bien sûr des paysages incroyables.
Voici une petite sélection de quelques beaux chemins à suivre dans certains parcs protégés. Toutefois pour les emprunter la compagnie d’un guide est fortement conseillée. Il suffit de se renseigner au bureau du parc.

Dans le Parc national de Thong Pha Phum (Kanchanaburi), le trail du Chang Phuak est une randonnée pour aventuriers aguerris. La marche commence à Thong Nai Thong et passe par de nombreuses collines sur 8 km. Pour franchir certains passages il faut s’agripper à une corde. Au sommet du Chang Phuak, la vue est superbe.

Le Doi Phu Wiang culmine à 1 837 m dans le parc national de Doi Phu Kha (Nan). Un peu plus de 8 km de marche et d’efforts sont nécessaires pour atteindre ce sommet et profiter d’un point de vue formidable à 360 degrés.

Il faut compter de 4 à 6 heures de marche (selon sa forme) pour rejoindre le sommet du Phu Soi dao (2102 m) dans le parc national éponyme (Uttaradit). Le chemin s’élance près du bureau du parc à travers collines et forêts de pins cernées de vastes prairies. D’août à septembre la riche floraison de la nature colore les randonnées.

Le Parc national de Khao Yai (Nakhon Ratchasima) propose plus de 20 itinéraires différents de randonnée d’une à deux heures. Riche en flore et en faune, plusieurs tours permettent de bien pouvoir observer les animaux (buffles, sangliers, gibbons, écureuils, aigles... et avec un peu de chance éléphants sauvages).

Site géré par des rangers, le trail de la Tab Kak Hang Nak Hill (Krabi) est assez physique (environ 2h) mais offre probablement la plus belle vue de la région. La randonnée s’accompagne de la découverte d’une belle végétation dont de drôles d’arbres à l’écorce rouge et des plantes carnivores. Au sommet la récompense est totale avec un panorama époustouflant sur la baie et la plaine. Un fameux rocher suspendu a fait la réputation des lieux pour des photos uniques.

Source : thailandee.com


Découvrez Phrae

Dans le Nord, la petite ville de Phrae (prononcez « prè ») attire peu de touristes. Pourtant elle peut être une étape fort sympathique sur la route de Chiang Rai à Bangkok pour qui cherche à sortir un peu des sentiers battus.
De l’ancienne citée fortifiée, il subsiste encore quelques traces du mur d’enceinte dans le centre ville actuel avec notamment un petit passage boisé le long du canal dont la voûte des arbres offre une ombre agréable. Célèbre pour ses forêts de teck, Phrae fut un important centre de commerce pour ce bois précieux, de la fin des années 1880 jusqu'aux années 1940. De ces temps de prospérité liée à l'industrie du bois, la ville a conservé de somptueuses demeures érigées en teck. Quelques exemples remarquables de ces belles bâtiments en bois se visitent, notamment la Maison du Gouverneur (Khum Chao Luang), la Maison Wongburi et Ban Pratup Chai. Si vous êtes passionné par l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, vous apprécierez l'excellent musée Seri Thai (Free Thai), abrité dans l'ancienne maison d'un des leaders du mouvement de résistance siamois qui aida les Alliés dans leur lutte contre l'armée japonaise.
Passez donc la journée à flâner dans les rues tranquilles de la vieille ville. Admirez la beauté des demeures en teck et rendez visite au Bouddha couché de 9m de long du Wat Phra Non. L’architecture de ce temple et la finesse de la décoration de son hall principal en font un véritable petit bijou.
En soirée, près de Pratu Chai (Porte de la Victoire), laissez vous séduire par l’ambiance musicale et festive du marché de nuit hebdomadaire et régalez-vous de cuisine thaïlandaise du Nord.
L’extérieur de la ville réserve d’autres surprises. Vous pouvez notamment rendre visite à des villages d'artisanat (la région est particulièrement réputée pour sa production de chemises bleus « mo hom » et de tissu « tin chok »). A 10 km se trouve le temple le plus sacré de la province, le Wat Phrat That Cho Hae qui protège des reliques du Bouddha. Les gens du coin disent que vous n'êtes pas allé à Phrae si vous n’avez pas visité le Wat Phra That Choe Hae. Enfin, partez un peu plus loin à la découverte des beaux paysages de la campagne environnante dont Payao et son lac.

Source : thailandee.com
Source : blog.tourismthailand.co.uk


Ranong, pittoresque province du Sud

Si vous prévoyez des vacances à la plage dans le sud de la Thaïlande, vous n'aurez que l'embarras du choix pour choisir votre destination. Cependant si vous cherchez un endroit avec une atmosphère vraiment authentique ou si vous souhaitez explorer une région de Thaïlande que vous ne connaissez pas encore, arrêtez-vous dans la pittoresque province méridionale de Ranong qui partage une frontière terrestre et maritime avec le Myanmar. Elle abrite plusieurs merveilles naturelles telles que des sources d’eau chaude, des cascades, des plages de sable blanc et des îles. Dans le nord-est de la province, à l’endroit le plus étroit de l’isthme de Kra, la mer d’Andaman et le golfe de Thaïlande ne sont séparés que d’à peine 44 km.
La ville de Ranong est agréable à explorer. La région est célèbre pour ses sources chaudes dont les Raksawarin Hot Springs, situées dans un cadre pittoresque à flanc de colline à proximité du centre-ville. C’est aussi près du centre de la ville que se dresse l'impressionnant Palais Rattanarangsan qui offre un excellent point de vue pour apprécier les couchers de soleil sur la mer Andaman. Depuis longtemps, Ranong est appréciée des Thaïlandais pour le Victoria Point offrant une vue sur le Myanmar voisin. Ce site est connu sous le nom thaï de Ko Song (« deux îles »). Des bateaux s’y rendent au départ de Saphan Pla, le port de Ranong. Pour un prix modique, les étrangers peuvent également faire une excursion en bateau en traversant la rivière Kra Buri pour rejoindre cette île animée, qui se consacre principalement à la pêche, mais est également célèbre pour ses nombreux champions de kick-boxing.
Une autre jolie balade mène à Namtok Ngao, une impressionnante cascade située à environ 12 km au sud de Ranong.
Sur le littoral de la mer Andaman, le Parc national de Laemson regroupe 60 km de côtes, deux archipels et 8 îles et permet de profiter d’une nature préservée. Hat Bang Ben, où se trouve le bureau du Parc, possède une longue plage de sable bordée de casuarinas ombragés. A quatre kilomètres de là, Hat Laemson est un endroit incroyablement paisible et idéal pour observer les oiseaux. Le personnel du parc peut organiser des excursions en bateau vers les autres îles telles que Ko Khang Khao et Ko Kam Yai, dotée de plages magnifiques.
Enfin, star de la région, la charmante Ko Phayam souvent surnommée « l’île sans stress » est un véritable paradis pour qui recherche une retraite relaxante. Sur ce bout de terre, de nombreux insulaires gagnent leur vie grâce aux plantations d'hévéas. Ko Phayam regorge aussi de vergers d’anacardiers, entretenus notamment par les « Chao le », les gitans de la mer. L’île possède également des plages superbes et offre un vaste choix d’hébergements à Ao Yai et Ao Khao Kwai. Les voitures n’étant pas acceptées, un bon réseau de sentiers et de pistes pavées traverse plantations et forêts facilitant les déplacements à pied ou en deux roues. Farniente à la plage et balades rythment les journées sans oublier l’observation des beaux toucans nombreux sur l’île (le temple de Wat Ko Phayam est l'un des meilleurs endroits pour repérer ces magnifiques oiseaux) et les excursions en bateau vers le charmant parc national de Laemson aux petites îles et baies idéales pour se ressourcer.


Akha Swing Festival 2018

En septembre, Le festival Akha de la Balançoire se déroule tous les jours dans tous les villages Akha de la province de Chiang Rai.
C’est l’une des fêtes annuelles les plus importantes pour les tribus Akha des montagnes. Elle est célébrée pour rendre hommage à la déesse de la fécondité, pour garantir l’abondance des récoltes et pour honorer les femmes. Cette fête est d’ailleurs considérée comme le « Nouvel An des Femmes » Akha.
Pour les jeunes filles, c’est le moment de porter les beaux costumes et ornements qu’elles ont confectionnés toute l'année et de montrer qu’elles ont vieilli et sont en âge de se marier. Le festival comporte des rituels sacrés, des célébrations et des danses pour respecter les ancêtres ainsi que pour accueillir la saison des récoltes.
Les points d’orgue de ces journées festives sont les moments où les jeunes filles s’envolent sur une balançoire géante et roulent d'avant en arrière à des hauteurs vertigineuses, souvent au bord de falaises. En volant dans l'air, elles chantent pour invoquer la déesse de la fertilité afin qu’elle répande ses bienfaits sur les cultures et apporte la prospérité et un avenir prometteur. Suspendue à une structure de quatre troncs d’arbre, Chaque balançoire a été construite selon des règles strictes, chaque femme ayant une tâche bien définie et la responsabilité d’un élément de la balançoire. Lors de la cérémonie de la balançoire, les jeunes filles se relaient pour l’actionner, seules ou par groupes de deux.
Cet événement plein d'énergie accueille tous les visiteurs qui souhaitent y assister.


Ce qu’il faut savoir sur Sukhothai

Considéré comme une période dorée dans l'histoire de la Thaïlande, l'héritage de l'ancien royaume de Sukhothai (1238-1438) a contribué à façonner la langue, la culture et la religion du pays. Situé à mi-chemin entre Bangkok et Chiang Mai, la pittoresque campagne de Sukhothai est parsemée de ruines antiques et de sites historiques qui en font une destination merveilleuse pour les amoureux de culture.
Au 13ème siècle, la Thaïlande telle que nous la connaissons aujourd’hui n'existait pas. Certaines régions étaient sous le contrôle du puissant empire khmer et d'autres étaient une succession de royaumes séparés. Sukhothai faisait auparavant partie de l'empire khmer mais s'est ensuite établi en tant que royaume séparé en 1238. D'autres royaumes thaïlandais existaient plus au nord, mais l'ascension de Sukhothai (qui se traduit par « l'aube du bonheur ») fut si spectaculaire que cela lui valu le titre de « première capitale de la Thaïlande ».
Cette ascension doit beaucoup au roi Ramkhamhaeng le Grand. Durant son règne (1278-1298) Sukhothai étendit ses frontières et engloba alors des parties de l’actuel Laos dont Luang Prabang et Vientiane. Ce fut un âge d'or pour les arts et le roi Ramkhamhaeng, considéré comme le « père de la langue thaïlandaise », est crédité d’avoir développé l'alphabet thaï encore utilisé aujourd'hui. La mort du grand souverain provoqua le déclin de Sukhothai tandis qu’Ayutthaya émergeait au sud comme le nouveau royaume dominant qui deviendrait la deuxième capitale de la Thaïlande.

Que vous soyez intéressé par l'histoire ou non, le parc historique de Sukhothai est un endroit merveilleux à découvrir. Situé à Muang Kao (la vieille ville), il se trouve à 20 mn de route de la nouvelle ville de Sukhothai. Les voitures n’étant pas autorisées dans la zone centrale du parc, le vélo est le véhicule idéal pour une belle exploration. Un service de tram confortable est également à disposition ainsi que la possibilité de louer un tuk-tuk.

Le parc historique de Sukhothai est divisé en différentes zones avec les principaux vestiges regroupés dans la zone centrale. Les Wat Mahathat et Wat Si Sawai sont incontournables. La lumière de fin d'après-midi peut être parfaite pour prendre de superbes photos notamment du coucher de soleil derrière le Wat Mahathat.
Vers l’est, la balade à vélo vous mène à l'image massive du Bouddha assis du Wat Si Chum. Tandis qu’à l'entrée de la zone nord du parc, le Wat Saphan Hin impressionne avec son immense Bouddha debout perché sur une colline surplombant la campagne environnante. Pour bien se renseigner sur l'histoire de Sukhothai, il ne faut pas manquer de visiter le musée national Ramkhamhaeng près de l'entrée principale du parc historique.

De février à début septembre, un mini spectacle son et lumière célébrant l'héritage de Sukhothai a lieu le premier vendredi du mois. Feux d'artifice et performance culturelle ont lieu dans la zone centrale du parc historique en face du Wat Sa Si. Le spectacle débute vers 19h et l’entrée est gratuite.

Enfin, il ne faut pas quitter Sukhothai sans avoir goûté le fameux plat de nouilles local, le kuay tiao Sukhothai, une savoureuse combinaison de nouilles de riz, de porc et de légumes. Il est au menu de nombreux restaurants.


Bangkok, destination populaire chez les végans

La nourriture thaïlandaise est de longue date très appréciée à l'international comme en atteste les nombreux restaurants spécialisés ouverts à travers le monde.
Aujourd’hui, cette cuisine si aromatisée révèle un autre attrait lié au véganisme, philosophie au nombre croissant d’adeptes qui consiste à ne consommer aucun produit d’origine animale (nourriture, vêtement et autres objets de la vie quotidienne) et qui trouve une certaine résonance avec la culture bouddhiste. « Manger sain » est un principe qui a pris une ampleur considérable. La Thaïlande, Bangkok en tête, est ainsi devenue une destination de choix pour les végans qui trouvent dans le royaume d’infinies possibilités de se régaler d’une nourriture variée, goûteuse et bon marché respectant leur règle première.
Si vous avez fait vôtre cette nouvelle philosophie de vie, voici quelques adresses dans la capitale thaïe où vous pourrez vous restaurer avec délectation.
Le marché de Chatuchak permet de déguster de nombreux mets végans. Juste à l’extérieur du marché, le restaurant Chamlong, géré par la Fondation Végétarienne, s’est déjà taillé une excellente réputation au sein de la communauté végétalienne (différents stands et un magasin).
Sur Silom road, le temple hindou Sri Mahamariamman compte de nombreux stands proposant uniquement de la nourriture végétalienne (riz, légumes, toffu…)
Enfin, une visite au Wat Intharawihan (114, Wisut Kasat Road, Phra Nakhon) vous permettra non seulement d’admirer l’un des plus hauts Bouddha debout du pays (32m de haut, 10m de large) mais aussi de déguster un met unique vendu sur deux stands : du tofu frit avec des noix, du sirop sucré, des herbes et du chili. Il paraît qu’il suffit d’y goûter pour ne plus pouvoir s’en passer !


Fêtes de Khao Phansa 2018

Largement fêté en Thaïlande Khao Phansa, ou Jour du Carême Bouddhiste, marque à la fois le début officiel de la saison des pluies et celui de la retraite des moines, période de 3 mois durant laquelle ils se retirent traditionnellement dans leurs temples pour étudier et méditer.

La tradition la plus connue de Khao Phansa ce sont les festivals de bougies. A l’origine, des bougies étaient fabriquées dans les monastères pour permettre aux moines de s’éclairer à la nuit tombée pour poursuivre leurs études. Au fil du temps, ces modestes bougies sont devenues des sculptures de cire spectaculaires exhibées lors de grandes parades.

Khao Phansa a lieu à la pleine lune du huitième mois lunaire qui tombe cette année le 28 juillet. La plupart des célébrations accompagnant cette fête se déroulent sur plusieurs jours. Elles animeront la dernière semaine de juillet 2018.

Voici un apercu des principaux événements du Khao Phansa 2018.

- Festival des bougies d’Ubon Ratchathani
23-28 juillet, parc de Thung Si Mueang, ville d’Ubon Ratchathani
C’est le festival des bougies le plus réputé de Thaïlande. Des équipes du monde entier viennent rivaliser au Concours international de sculptures de bougies de cire. Le talent de ces artistes livre des œuvres en cire stupéfiantes riches de détails ciselés finement, certaines atteignant une taille colossale. C’est l’occasion de découvrir des cultures locales uniques alors que beaucoup de locaux portent des habits traditionnels et montrent leurs danses folkloriques séculaires.

- Procession des bougies de Nakhon Ratchasima
26-28 juillet, Monument de Thao Suranari, Mueng Korat
Au programme : concours de bougies de cire, grande parade et actions de mérite. Organisé chaque année pour promouvoir l’art et la culture locale, le festival proposera également un certain nombre d’activités culturelles, notamment du théâtre traditionnel Khon, une performance de danse masquée.

- Nakhon Phanom Candle Festival
28 juillet, Wat Phra That Phanom, ville de Nakhon Phanom
La culture influencée par les Laotiens de Nakhon Phanom donne un ton différent aux célébrations de Khao Phansa. Le festival est centré sur le Wat Phra That Phanom, emblématique pagode locale, avec une procession de bougies magnifiquement sculptées ainsi que le concours de beauté Miss Candle Festival.

- Ayutthaya Aquatic Phansa Festival
28 juillet, marché de Lad Chado, Ayutthaya
L’ancienne capitale d’Ayutthaya accueille toujours des célébrations spectaculaires de Khao Phansa. Les bougies sont transportées dans les temples locaux à bord de plus de 200 bateaux colorés qui descendent l’ancien canal du Lad Chado. Outre cette superbe parade flottante, les visiteurs profitent d’un bel aperçu de la vie rurale, de concours de beauté et de jeux locaux.

- Festival des bougies de Suphanburi
27-28 juillet, Wat Pa Laylai Woraviharn, Tambon Rua Yai, Mueang Suphan Buri
Les étudiants des collèges d’art locaux s’affrontent pour mettre en place les expositions de bougies les plus impressionnantes. D’énormes sculptures représentent créatures et héros du mythe thaïlandais et sont fièrement promenées en ville. Les visiteurs peuvent également découvrir des expositions sur les modes de vie des populations tribales locales et apprécier des danses folkloriques.

- Khao Phansa Festival de Saraburi
26-28 juillet, Wat Phra Putthabat Ratchaworamahaviharn, ville de Saraburi
Ici lors de Khao Phansa, la population visite le sanctuaire local de l’empreinte du Bouddha où des fleurs jaunes et blanches sont offertes aux moines (Tak Bat Dok Mai) en guise d’action de mérite. Cette cérémonie est devenue un grand événement auquel désormais des milliers de personnes se joignent pour faire l’aumône aux moines alors qu’ils montent les escaliers abruptes menant au sanctuaire.

- Nan Candle Festival
29 juillet, Temple Royal de Bunyuen, district de Wiang Sa, Nan
Les visiteurs peuvent se joindre à la population locale en offrant de la nourriture aux moines le matin. Plus tard dans la journée, ils peuvent participer à l’aumône de cierges au temple et prendre part à d’autres actions de mérite qui offrent un aperçu des traditions du bouddhisme en Thaïlande.


A la saison verte, visitez le Nord

Si vous aimez la nature, vous allez aimer découvrir le Nord de la Thaïlande à la saison des pluies surnommée fort justement la «saison verte». Elle débute en mai mais il lui faut un peu de temps pour faire son oeuvre.
C’est ainsi que de juillet à fin septembre, cette grande région du royaume offre ses plus beaux paysages. Les amoureux de treks d’ailleurs ne s’y trompent pas et affectionnent particulièrement ces mois pour emprunter des chemins de montagne cernés d’une nature abondante.
La mousson fait verdoyer et proliférer la végétation, elle gonfle les cascades d’eau pour leur insuffler toute leur puissance et anime le ciel de danses de nuages parfois spectaculaires.
La saison verte, c’est également la période du repiquage des rizières qui pare vallées et montagnes de petites touffes vertes éparpillées au milieu de nappes d’eau où se reflète le ciel. En croissant, elles recouvriront les paysages d’un manteau vert émeraude qui, au temps venu de la récolte vers fin octobre, virera au jaune.
En juillet, les rizières dans les montagnes de Chiang Mai se révèlent vraiment photogéniques avec leurs terrasses où les plants de riz semblent piqués dans un bout de ciel. Et vous constaterez que vos clichés seront encore plus beaux pris au lever ou au coucher du soleil.

Une balade dans le sud de Chiang Mai réserve de bien agréables surprises. Dans le district de Hot, une route sinueuse longe la rivière Mae Chaem qui a sculpté une gorge escarpée dans la roche montagneuse. Le parc national Ob Luang offre une vue imprenable sur cette gorge et abrite des peintures rupestres. Plus au nord se dressent les merveilleux pins du Bo Kaeo Pine Park. Cette station de recherche sylvicole mène des recherches sur des espèces étrangères afin de les développer en Thaïlande. Les pins imposants plantés il y a 40 ans ont depuis créé un paysage impressionnant.
Situé dans une vallée isolée proche du Doi Inthanon, le plus haut sommet du pays, Mae Chaem est un district tranquille dont la majorité des habitants sont des agriculteurs. Outre de fameuses étoffes brodées qui ont fait sa réputation, cette destination est également courue pour ses rizières en terrasses pittoresques et ses paysages de rêve. Ainsi le village Karen de Pa Bong Piang offre la vision merveilleuse de centaines de courbes vertes ondulant le long d’une pente, sur fond d’horizon alignant les montagnes.
Le parc national du Doi Inthanon, fief de nombreuses tribus montagnardes, est également incontournable. Outre le célèbre village de Mae Klang Luang, lieu de tournage populaire de nombreux films et producteur d’un fameux café Arabica organique, Ban Pha Mon est un autre village Karen bénéficiant d’une vue magnifique. Il permet de vivre une expérience sereine chez l'habitant rythmée par l’observation (et éventuellement l’implication) des tâches quotidiennes dans les plantations ou la participation à un atelier de cuisine ethnique.

Des plaines de l’Isan aux montagnes de Chiang Mai jusqu’à Mae Hong Son, vous trouverez toujours des villages et des somptueux paysages qui vous inviteront à apprécier la magnifique saison verte dans le Nord.

Source : thailandee.com


Devenez Super Héros à Bangkok

Marvel, la marque américaine tirée des célèbres bandes-dessinées vient d’ouvrir son premier site de loisirs en Thaïlande, à une demi-heure du centre de Bangkok.
The Marvel Experience Thailand invite les visiteurs de tous âges à vivre une aventure passionnante dont l’objectif est bien sûr de sauver le monde.
Le décor futuriste du grand hall d’accueil vous plonge dans le quartier général des Avengers. En prenant votre billet vous acceptez de rejoindre l’équipe des fameux agents du S.H.I.E.L.D aux côtés de Wolwerine, Hulk, Thor, Spiderman, Capitaine America et bien d’autres.
Les lieux tel un décor de cinéma sont une incroyable réplique de l'univers Marvel.
En tant qu’apprenti super héros, vous enchaînerez les aventures durant deux heures par groupe de 140 personnes maximum. Au programme : immersion 4D, manèges, jeux interactifs et autres surprises s’appuyant sur une technologie de pointe. A la fin de ce parcours riche en émotions vous recevrez votre propre carte d’identité Marvel.
The Marvel Experience situé à Bang Kaeo, Bang Phli est ouvert tous les jours, de 9h à minuit (dernière entrée à 22h).
Tarif : 1500 bahts

Site internet : themarvelexperiencethailand.com

Connaissez-vous Nakhon Si Thammarat

Province du sud de la Thaïlande, Nakhon Si Thammarat est une destination de charme loin des zones touristiques les plus courues de la région. Avec une histoire remontant à plus de 1 800 ans, la ville de Nakhon Si Thammarat est considérée comme le centre religieux et culturel le plus important du sud du royaume. Cependant patrimoine historique et culture ne constituent pas ses seuls atouts pour attirer les visiteurs. Son long littoral déroulé dans le golfe de Thaïlande, ses superbes plages préservées et ses beaux paysages justifient pleinement sa devise de « terre de mer et de montagnes ».
Nakhon Si Thammarat, capitale de la province éponyme est la quatrième plus grande ville de Thaïlande. Située dans l’isthme de Kra à 780 kilomètres au sud de Bangkok, elle fut longtemps l’un des centres économiques les plus importants du pays, lieu d’échanges commerciaux entre la Thaïlande, la Chine, la Malaisie et l’Inde mais aussi avec les Portugais, Britanniques et Hollandais à partir du 17e siècle, avant que le 20e siècle, lui préfère Hat Yai située plus au sud du pays.
Les infrastructures touristiques sont là (office du tourisme efficace, musées et sites, hébergements variés…) pourtant les visiteurs sont plutôt rares car la ville, éloignée de Bangkok, n’est pas non plus en bord de mer pour prendre le ferry et rejoindre les îles de Samui ou Phangan. Ce qui d’un côté la dessert fait cependant d’elle une destination préservée, loin d’une animation tonitruante liée au tourisme de masse.
Il ne faut pas manquer de visiter l’étonnant Wat Phra Mahathat Woramahawihan ou temple sans Ombre. Le plus important et le plus ancien site bouddhiste du Sud de la Thaïlande (3e siècle) fut décrété temple royal d’importance par le roi rama 6 en 1915. Outre le fait qu’il abrite une relique du Bouddha, son chedi haut de 78 mètres possède une autre particularité qui attire chaque année de nombreux pèlerins de toute la Thaïlande et de Malaisie. En effet, il n’y a jamais d’ombre au pied de celui-ci quels que soient l’ensoleillement et l’heure.
Le sud de la Thaïlande est le berceau du Nang Talung, le théâtre de marionnettes d’ombre. Suchan Subsin, artiste local célèbre, a joué un rôle crucial dans la préservation de cette tradition ancestrale. Dans la ville de Nakhon Si Thammarat, sa maison en bois est maintenant un musée où les visiteurs peuvent assister à des spectacles de marionnettes d'ombre.
Pak Phanang est l'une des destinations les plus connues de la province. Ce district accueille un projet royal sur l'estuaire qui sépare l'eau de mer de l'eau douce, créant des opportunités pour les agriculteurs et les pêcheurs. Il abrite également des « maisons d'oiseaux » uniques où sont récoltés les nids de martinets pour en faire de la soupe.

Nakhon Si Thammarat bénéficie également d’un environnement naturel magnifique.
De jolies plages s’étalent tout au long de la côte comme Ao Khanom d’où avec un peu de chance on peut apercevoir des dauphins roses ou encore Hat Sai Kaew Beach ourlée de pins. La jungle luxuriante du parc national de Khao Luang cache cascades et rivières, ancienne forêt de fougères de plus de 180 millions d'années et foison d’orchidées rares qui se découvrent à l’occasion de belles promenades. Autre point d’intérêt, le village de Ban Khiri Wong, niché au milieu des montagnes, est devenu l'une des principales attractions écotouristiques du pays. Les locaux adorent partager leurs connaissances et faire découvrir leur mode de vie traditionnel aux visiteurs. Ici, vous apprenez notamment l’art du batik et de la teinture « tie dye » à base de pigments naturels issus de plantes et de fruits.

Enfin, la cuisine de la région conjugue influences malaisienne, chinoise et indienne héritées de son histoire, Nakhon est particulièrement célèbre pour ses échoppes de rotis et de kopis qui attirent bien des gourmands.


Nouvelle réglementation pour préserver les îles Similan

Fermées temporairement comme à chaque basse saison, les îles Similan dans le parc national maritime de Mu Ko Similan au large de la province de Phang Nga, vont à nouveau accueillir les touristes à partir du 15 octobre. Cependant les visiteurs ne seront plus autorisés à y passer la nuit dans les bungalows ou tentes mis habituellement à disposition par le Département des Parcs Nationaux. Par ailleurs, une limitation du nombre de bateaux et de visiteurs par jour sera également fixée. Le chiffre arrêté sera communiqué d’ici le 15 octobre prochain.
Justifiées par l’impact négatif sur l’environnement de la surpopulation touristique et de ses activités, ces décisions ont été annoncées par le directeur général adjoint du Département des parcs nationaux, de la conservation de la vie sauvage et des plantes de Thaïlande, Chongklai Voraphongston.
Après la fermeture temporaire de Maya Bay à Koh Phi Phi Lei, décidée récemment, ces nouvelles mesures sur les îles Similan montrent que le Département des Parcs Nationaux thaïlandais a décidé de prendre en main sérieusement la question de la préservation de ces sites naturels exceptionnels.


Destination Isan

Formant la frontière avec le Laos et le Cambodge et bordé par le Mékong, l’Isan constitue le Nord-Est du pays. Province-clé du grand empire khmer sept siècles auparavant, c’est aujourd’hui une région de Thaïlande au caractère rural et authentique, parée de campagnes luxuriantes, d’antiques citadelles khmères et de nombreux parcs nationaux dont celui de Khao Yai (patrimoine mondial UNESCO).
La capitale provinciale Nakhon Ratchasima, encore appelée Khorat, est la porte d’entrée de l’Isan. Elle raconte son histoire entre ville ancienne et quartiers plus modernes. Le Musée national renferme de superbes collections d’objets d’art de la période khmère tandis que quelques temples ne manquent pas d’originalité (Wat Payap, Wat Sala Loi, Wat Salawan). Deux petits marchés de nuit et le Talat 100 Pee Muang Ya permettent de diner simplement de plein de bonnes choses. De là, on peut se rendre à Pak Thong Chai, le village de la soie Mut Mee, la plus réputée du pays, un bon prélude à la découverte des superbes temples khmers de la région. Gardé par des nagas de pierre et riche de sculptures, Prasat Phimai est le plus célèbre. Son architecture rappelle celle d'Angkor Wat construit près d'un siècle plus tard. A lui-seul il constitue le Parc historique au centre de la ville de Phimai qui a pour autres attraits Sai Ngam, une petite île entièrement constituée des racines et ramifications d'un seul banyan.
Dans la province voisine de Buriram, l'une des plus grandes et des plus peuplées du Nord-Est, le site de Prasat Hin Phanom Rung est perché dans le cratère d'un ancien volcan. Ces somptueuses ruines datant du XIIème siècle sont un exemple remarquable de l'architecture et de l'art khmer (tour en ananas, toits hérissés d'écailles, nombreuses sculptures...).
La ville de Khon Kaen, dans la province éponyme mérite un détour. Elle abrite la plus grande université de l'Isan et affiche un visage jeune et dynamique. Cette étape agréable lovée au bord d'un lac permet la visite du parc Phru Phra Bat, dont les « cheminées de fées » ont inspiré bien des légendes restituées à travers le temps par des peintures rupestres.
Les amoureux de belle nature nageront en plein bonheur dans le Parc national de Khao Yai considéré comme l'un des plus beaux du pays. Ce vaste «terrain de jeux» s’étend sur 4 provinces et protège plus de 2 000 espèces végétales, 300 variétés d’oiseaux, 73 types de mammifères, plusieurs sortes de forêts, des prairies, des montagnes culminant à 1 300 mètres d’altitude et de spectaculaires chutes d’eau.
Plusieurs anciens sanctuaires khmers émaillent également Surin, province frontalière du Cambodge, réputée aussi pour son Festival des Eléphants qui, chaque année en novembre, rassemble des pachydermes de tout le pays et célèbre le travail des dresseurs. Les villages alentour de Ban Khwao Sinarin, Ban Chok et Ban Sado sont renommés pour leurs objets en argent finement ciselés et leurs soies. Il ne faut pas manquer de s’arrêter au village des éléphants de Ban Ta Klang pour approcher de près ces majestueux animaux.
A une centaine de kilomètres, vous pourrez entrevoir la beauté du site de Prasat Khao Preah Vihear (patrimoine mondial UNESCO), spectaculaire sanctuaire khmer situé au Cambodge au sommet d'une falaise dominant la région.
En Isan, le mythique Mékong sépare la Thaïlande du Laos sur plus de 600 km. Les rives du fleuve sont animées de charmantes villes où il fait bon flâner au bord de l’eau à l’heure du soleil couchant. Chiang Khan qui alignent des maisons en bois traditionnelles est connue pour la tournée matinale des moines recevant les dons des fidèles qui attire de nombreux tourites thaïs. Nong Khai vibrant d’une ambiance un peu plus populaire mais toute aussi attachante permet de visiter le Sala Kaew Ku (ou Wat Kaek) dont le parc insolite expose des sculptures en ciment gigantesques représentant Bouddha et beaucoup d’autres figures étonnantes. Ville frontière avec le Laos, elle permet d’emprunter le pont de l’Amitié pour se rendre à Vientiane, la capitale laotienne.
Les villes riveraines constituent des étapes agréables où il ne faut pas manquer de faire une jolie balade en bateau avant de repartir sur des routes qui serpentent parmi de vastes rizières produisant le meilleur riz du pays. Yasothon est d’ailleurs réputée pour son riz jasmin de grande qualité. Plus bas, Si Sa Ket, spécialisée dans l’artisanat du bambou, des soies et cotonnades, est marquée d’une forte influence khmère dont témoignent plusieurs vestiges (Prasat Hin Wat Sa Kamphaeng Yai, Prasat Ban Prasat…)
En remontant vers Nakhon Phanom, la vision du Phra That Phanom s’impose. Ce temple parmi les plus vénérés du pays abriterait, dit-on, le sternum du Bouddha. Surnommée « ville des montagnes » à juste titre, Nakhon Phanom jouit d’un environnement remarquable que les trekkeurs ne manquent pas d’explorer. Il en est de même pour la province de Loei qui offre ses magnifiques parcs nationaux au plaisir des randonneurs et des observateurs de la nature. Tandis qu’à l’est, les fôrets des montagnes Phu Phan (province de Sakon Nakhon) cachent plusieurs temples, lieux de retraite propices à la méditation, ainsi que le Palais De Phu Phan Ratchaniwet, résidence royale.
Autre centre d’intérêt, le site archéologique du village de Ban Chiang (patrimoine mondial UNESCO) est considéré comme le plus important habitat préhistorique découvert à ce jour en Asie du Sud-Est. Les fouilles ont permis de mettre à jour un grand nombre de tombes contenant des objets en céramique et en métal. La route de Ban Chiang est émaillée de villages d'artisanat.
La ville d’Ubon Ratchathani empreinte d’une forte tradition bouddhiste possède des temples remarquables comme le Wat Tung Si Muang et sa librairie en bois sur pilotis. Elle est aussi connue pour son « Festival des bougies » qui a lieu au mois de juillet. Depuis Ubon, on peut prendre le bus pour Paksé au Laos. Au nord-est de la ville, le Parc national de Pha Taem cache de nombreuses chutes d'eau et des grottes ornées de fresques préhistoriques datées de plus de 3000 ans.
Toute la région est un véritable melting pot comme en témoigne Mukdahan qui accueille un étonnant marché haut en couleurs où sont vendus des objets thaïs mais aussi laotiens, vietnamiens et chinois.


Le premier « Samui Asia Music Festival »

L'Office National du Tourisme de Thaïlande (TAT), la municipalité de Ko Samui et la société d'événementiel IMC Live Group organisent la première édition du « Samui Asia Music Festival » les 18 et 19 août prochains. Ce week-end musical et festif sera animé de concerts live d’artistes d'Asie et de Thaïlande défendant des styles divers. Sont ainsi annoncés le groupe malaisien Estranged et son rock alternatif, la House des Singapouriens Shirlyn and The UnXpected, le rock métal façon Hong Kong du groupe Qiu Hong ou encore le funk chinois des Jumpin’ Candy. Les « ambassadeurs » de la Thaïlande seront le groupe de rock Potato et le chanteur Tai Tanawut.
Outre une programmation musicale impressionnante, le « Samui Asia Music Festival 2018 » proposera aux festivaliers un large choix de nourriture et de boissons sur son marché.
L’évènement se tiendra à Phru Chaweng, sur la rive nord-est de Ko Samui. L'entrée est gratuite.


A la découverte de Prachuap Khiri Khan

De la province de Prachuap Khiri Khan au sud du pays, la plupart des touristes ne connaissent que Hua Hin. Bien sûr la célèbre station balnéaire et ses alentours offrent de belles découvertes dont des sites royaux, une longue plage de sable blanc et des marchés variés, les statues géantes des grands rois de Thaïlande au Rajabhakti Park, le Wat Huay Mongkhon, la superbe chute d’eau à 11 niveaux et la myriade de papillons du parc national de Kaeng Krachan ou encore les vignobles de Monsoon Valley.
Pour autant, cette région coincée entre le Myanmar et le golfe de Thaïlande a beaucoup plus à offrir, notamment plus au sud où se trouve la petite ville sereine de Prachuap Khiri Khan, posée en bord de mer. Ici, il fait bon vivre, la mer est belle, les plages sont rarement bondées et les occasions ne manquent pas de se régaler de fruits de mer et de poissons.
L’attraction la plus emblématique, Khao Chong Krajok, accueille en son sommet le Wat Thammikaram au sein duquel serait conservée une relique du Bouddha. En 1958, le roi Rama 9 s’est rendu au sommet de la colline et y a planté un Bhodi, arbre sacré, qui fleurit encore aujourd’hui. Après une ascension de 396 marches en gardant un œil sur les nombreux macaques, vous profiterez de l’incroyable vue à 360 degrés qui s’étend de la chaîne de montagnes birmanes aux trois baies d’Ao Noï, Prachuap et Ao Manao et embrasserez du regard la côte, la ville et les fermes ostréicoles.
Autre incontournable, la base de la 5ème Escadre de l’Armée de l’Air, entièrement opérationnelle, accueille néanmoins les visiteurs et abrite de nombreuses attractions telles qu’une exposition d’avions anciens, des monuments commémoratifs de la guerre, un musée historique ou un terrain de golf de 9 trous et un practice. Mais surtout, à l’intérieur de la base vous trouverez Ao Manao, souvent considérée comme la plus belle plage de Thaïlande.
Ao Manao, la « Baie des citrons » recèle une superbe plage de sable en forme de croissant, un endroit idyllique géré par la Royal Thai Air Force, donc exceptionnellement propre, où aucun vendeur à la sauvette ne viendra déranger votre tranquillité. Vous pourrez simplement vous y détendre sur une chaise longue ou vous adonner à de nombreuses activités comme le tir à l’arc, le VTT, la visite d’un petit zoo, l’équitation, le bateau banane, le jet-ski, le beach-volley, le tennis, le basket-ball. Vous y trouverez également de nombreux magasins de souvenirs, des snack-bars et des restaurants.
A quelques 30 mn de Prachuap, en direction de Hua Hin, vous trouverez le village d’Ao Noï où se découvrent 2 temples. Le premier ne présente pas vraiment d’intérêt alors que le second se révèle bien plus original, paré de coquillages et de nacre. En contrebas vous pourrez visiter une grotte qui abrite plusieurs statues de Bouddha. Une halte au village de Khao Ta Monglai vous permettra d’observer les activités traditionnelles des pêcheurs (réparations des filets, entretien des bateaux...). Composée de deux chaines de montagnes, la réserve naturelle éponyme abrite une mangrove et une forêt de bambous où s’ébattent chèvres, sangliers, civettes et autres animaux.
La Phraya Nakhon Cave, l’une des plus belles grottes du royaume, se trouve à distance égale entre Prachuap et Hua Hin. Il s’agit en fait d’un gouffre qui s’atteint en passant par une grotte et abrite le Phra Thi Nang Khuha Kharuehat, un petit sanctuaire à l’architecture de pavillon de style thaïlandais traditionnel devenu l’emblème de la province. Les rayons du soleil ont doté le lieu de végétation et lui confèrent une atmosphère féérique lorsqu’ils font briller la construction à quatre porches qui fut d’abord édifiée en 1890 à Bangkok sous le règne du roi Rama 5, puis démontée et déplacée dans la grotte.
Pour rayonner facilement dans la région, gâtez-vous en choisissant un superbe lieu de résidence. Au cœur de Prachuap Khiri Khan, niché sur un front de mer vierge à côté d’un village de pêcheurs traditionnel centenaire appelé Thung Mamao, le X2 Kui Buri est un luxueux hôtel comprenant 23 villas privées bien aménagées, entourées d’arbres soigneusement préservés, qui offrent une atmosphère unique ponctuée de grands espaces ouverts et de végétation. Propriété de l’une des plus belles chaînes d’hôtels de charme de Thaïlande, cet établissement s’est vu récompensé par de nombreux prix et distinctions au cours des dix dernières années grâce à son niveau exceptionnel d’hospitalité.(www.x2resorts.com/resorts/kui-buri)

De Prachuap Khiri Khan vous garderez sans nul doute le souvenir d‘une charmante ville à l’agréable douceur de vivre.

Source : magazinelatitudes.com

Informations légales