Zoom

Février 2019

Les temples khmers en Thaïlande

Suivez Mike du site internet Thailandee.com à la découverte de merveilleux vestiges.


Le Royaume de Siam qui est ensuite devenu la Thaïlande a une riche et fascinante histoire qui n’est pourtant jeune que d’un petit millénaire. Avant,  l’Empire Khmer dominait toute la région dont le territoire actuel du Pays du Sourire. Une période dont il reste des vestiges essentiellement dans le Nord-Est du pays. Je vous propose d’en faire un tour non exhaustif qui vous emmènera de Kanchanaburi aux campagnes de l’I-San.



Un peu d’Histoire…

Si l’on date l’acte fondateur de la nation thaïe en 1292 suite à la découverte du plus ancien texte en langue thaïe gravé sur une pierre qui comporte aussi du khmer, du môn et du pali, la pierre de Rosette thaïlandaise en quelque sorte, et qui détaille le régime politique et les règles de vie du Royaume de Sukhothaï, l’émancipation  par rapport au puissant Empire d’Angkor alors en déclin de ce qui deviendra la Thaïlande aurait débuté dès 1238. A cette époque l’alphabet thaï n’existait pas encore puisqu’il fut créé cinq décennies plus tard par le roi Rama Khamhaeng.
Avant la fin du 13ème siècle, pas de Royaume de Siam ou de Sukhothaï  mais des groupes de Thaïs disséminés dans une Asie du Sud-Est dominée par la Chine et l’Empire Khmer.

Les vestiges khmers en Thaïlande

Le plus ancien site khmer jamais découvert en Thaïlande jusqu’à ce jour se trouve près de Chanthaburi. Très peu connu, Muang Phaniat qui remonterait au 7ème siècle, est rarement visité par les touristes, surtout étrangers, qui bien souvent ignorent son existence. Il se résume aujourd’hui à un ancien bassin et quelques restes de murs mais les objets et statues trouvés par les archéologues ont été entreposés au musée du Wat Thong Thua, un peu plus loin. La visite vaut surtout pour sa valeur historique plus que pour l’intérêt visuel du lieu.


Le Prasat Muang Sing dans la province de Kanchanaburi est, quant à lui, le vestige khmer découvert sur le sol thaïlandais situé le plus à l’Ouest. Sa construction, qui date du 13ème siècle sous le règle du roi angkorien Jayavarman VII, s'étend sur les rives de la rivière Kwaï Noi, les murs d'enceinte de 7 mètres de haut sont construits en latérite, des portes d'entrée et de sortie sont situées sur les quatre côtés et le complexe compte six étangs.



Le Prasat (sanctuaire, temple) principal comme souvent était dédié au dieu hindou Shiva, les Khmers étant majoritairement Hindouistes et pas Bouddhistes.



Le vestige le plus au Nord-Ouest, le Sri Thep Historical Park dont l’élément principal date également du 11ème ou 12ème siècle, se trouve dans la province de Phetchabun.
Mais les sanctuaires khmers les plus remarquables et disons même immanquables de Thaïlande se trouvent en I-san, la région Nord-Est. En commençant par le Prasat Hin Phimai dans la province de Nakhon Ratchasima qui, de taille bien plus modeste, a des airs de familles avec  le majestueux Angkor Wat fierté du Cambodge mais dont la construction a débuté plus tardivement.




Ce temple bien que reprenant tous les codes architecturaux des temples hindouistes fut construit comme lieu de culte bouddhiste, religion de la population locale.

Pour visiter le plus impressionnant temple de l’ère khmère présent en Thaïlande, direction la province de Buriram et le majestueux Prasat Hin Phanom Rung perché sur un volcan, éteint, je vous rassure, et auquel on accède par une longue allée pavée magnifiquement restaurée menant à l’escalier principal.



Son édification dura près de trois siècles et l’orientation du temple parfaitement calculée pour qu’à quatre moments de l’année, le soleil soit se couche soit se lève dans l’alignement parfait des 15 portes de l’édifice. Un phénomène solaire réputé qui attire beaucoup de monde à chaque mois et encore plus début avril quand il se combine avec le grand festival annuel du temple.


Plus petit mais charmant avec ses quatre bassins en L, le Prasat Hin Muang Tham, ne se trouve qu’à 8 kilomètres de là et fut construit à la fin du 10ème, début du 11ème siècle. Prenez vraiment le temps de visiter les deux. Et pour cela, je vous conseille de prendre un hôtel à Nang Rong, petite ville la plus proche et donc la plus pratique comme base de départ.


En continuant vers l’Est, vous pourrez découvrir encore des dizaines de ruines plus ou moins importantes, plus ou moins restaurées, notamment le Prasat Sikhoraphum dans la province de Surin qui chaque année organise les vendredi et samedi du troisième week-end de novembre, un son et lumière avec danses et costumes traditionnels.
Impossible d’être exhaustif dans cet article mais pour ceux qui voudraient aller plus loin, il y a pas mal de ruines disséminées dans les provinces de Sakeo, Nakhon Ratchisma, Buriram, Surin et Sisaket . Pour une liste plus complète, je vous invite à consulter ce site.

Les musées à visiter

Beaucoup des éléments, linteaux et statues surtout, trouvés sur les sites que je cite, ont été exposés dans plusieurs musées pour mieux les protéger et conserver et parfois remplacés sur site par des reproductions. Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire et l’architecture de la période angkorienne en Thaïlande, je vous recommande en particulier le musée national de Phimaï et les sections 2 et 3 de son homologue à Khon Kaen ainsi que le musée national de Bangkok près du Grand Palais. Et si vous passez en ville à Nakhon Ratchasima, pourquoi ne pas aller voir le petit Maha Viravong National Museum ?

L’influence du style khmer en Thaïlande

Même après l’indépendance du Royaume de Sukhothai puis  l’avènement de celui d’Ayutthaya, l’influence de l’architecture khmère est restée très présente jusqu’à aujourd’hui dans les constructions du Royaume avec notamment un élément très reconnaissable, le prang, tour qui représente le Mont Meru, qui dans le style thaï, a une forme plus effilée en ogive quand la version angkorienne était plus en escalier.
Parmi les exemples de ce style angkorien façon thaïe, on retrouve entre autres le Wat Chai Wattanaram à Ayutthaya, le Wat Si Sawai à Sukhothai.


Ce prang est également présent dans des constructions plus modernes jusque sur les toits de plusieurs bâtiments du Temple du Bouddha d’Emeraude (Wat Phra Kaew) ou au sommet du Wat Arun à Bangkok. Et ce ne sont là que quelques exemples marquants parmi des centaines.

Coups de cœur

Si vous ne deviez visiter que trois temples khmers en Thaïlande, je vous recommanderais sans être très original : le Phanom Rung, le Prasat Hin Muang Tham voisin et le charmant temple de Phimai.

Comment venir ?

Ces sites sont assez faciles à rejoindre en transports locaux ou via des offres d’excursions des hôtels ou agences. Le temple de Phimai, étant intégré à la ville, c’est le plus facile d’accès. Par contre, pour aller découvrir tous les petites ruines plus confidentielles, un véhicule sera indispensable.

Carte


La province de Samut Songkhram

Chaque mois, Mike du site internet Thailandee.com vous fait découvrir une province de Thaïlande un peu moins connue du grand public.

Plus petite du pays, la province de Samut Songkhram n’a rien à envier à ses congénères plus vastes, bien au contraire ! Je suis de longue date tombé sous le charme de ce territoire à une heure de route au sud de Bangkok entre rivière, mer et terre, réputé pour ses marchés flottants, ses canaux à travers la campagne, ses plantations de cocotiers et toutes sortes d’artisanats.


Amphawa
C’est plus particulièrement le week-end que je vous recommande de venir ici et de poser vos valises dans une chambre au bord du canal d’Amphawa. Il accueille chaque semaine, du vendredi au dimanche, un marché flottant qui démarre surtout l’après-midi et attire une vaste foule de touristes, essentiellement thaïlandais, le soir.



Ce sera une excellente base départ pour découvrir toute la province. Vous pourrez flâner sur les bords du canal, parcourir les boutiques dans des maisons en bois sur chaque rive, vous asseoir sur un banc pour manger alors que l’on s’affaire à cuisiner votre repas sur les bateaux amarrés.


Dans votre balade, n’oubliez pas d’aller au petit Amphawa Community Live Museum à peu près au milieu du marché (voir carte plus bas) saluer Buppa qui tresse avec dextérité des chapeaux chinois Hinan, appelés Hu-num-loui en Thaï, que portent la plupart des vendeuses sur leurs barques ici et Boon Ruan qui confectionne couvre-chefs, paniers et petits animaux en palmes de cocotier avec une aisance déconcertante. Et ne soyez pas timide, osez vous asseoir avec elle et vous laisser guider, en gestes surtout car elle ne parle que Thaï, pour fabriquer votre propre objet.


Quelques 50 mètres avant, entrez dans la boutique Chanchala pour un verre de nam muang chuen chan chala, boisson composée de décoction de fleurs de pois bleus, citronnelle, feuilles de menthe et citron vert dont la recette a été élaborée par la princesse Maha Chakri Sirindhorn. Puis traversez l’établissement pour gagner, à l’arrière, une esplanade avec des petites échoppes accueillant des artisans et vendeurs de produits locaux avant de traverser la petite route et de rejoindre les cocoteraies de la Amphawa Chaipattananurak Foundation.


Leur mode de plantation sur des buttes entourées de canaux est typique d’ici et permet une production sans produits chimiques en enrichissant la terre en limon. Enfoncez-vous jusqu’à la petite unité de fabrication de sucre de coco artisanal.


Le marché flottant d’Amphawa est aussi le point de départ d’excursions sur la rivière Mae Klong et les klongs (canaux) voisins qui toutes passent par le Wat Bang Kung. Ce temple d’un camp militaire sous le règne du Roi Taksin le Grand possède un hall d’ordination datant de la période d’Ayutthaya enfermé dans les racines d’un arbre banian. Vraiment à voir !


De retour au marché, à la tombée de la nuit, embarquez pour le tour des lucioles et observez le clignotement de ces petits insectes dans les arbres au bord de l’eau. C’est quasiment impossible à filmer ou photographier mais tellement féérique. Certains diront même romantique.

Le matin, il ne faudra pas trop trainer au lit si vous voulez apercevoir les moines faire leur tournée d’offrandes en barque. Elle a lieu en général entre 6h et 7h30 mais il y a parfois quelques retardataires.


D’autres marchés flottants n’ayant lieu que le week-end également se trouvent dans les environs. Celui de Bang Noï, à moins de 5 kilomètres, surtout animé le matin, et mon préféré, le Tha Kha Floating Market à 10 kilomètres d’Amphawa. Bien plus confidentiel et petit, il offre, pour moi, un vrai retour dans le temps quand la vie et le commerce à Bangkok et ses environs s’organisaient essentiellement sur les canaux. Je vous recommande la balade en bateau à rames sur les klongs au cœur de la campagne environnante.


A noter que d’Amphawa vous pourrez aussi facilement rejoindre Damnoen Saduak dans la province voisine, le plus célèbre et touristique marché flottant de Thaïlande qui lui par contre est ouvert tous les jours, même en semaine.

Mae Klong et ses environs
La ville de Samut Songkhram également connue sous le nom de Mae Klong abrite une attraction devenue très touristique qui attire quotidiennement de nombreux curieux depuis Bangkok : le Rom Hoop market, marché des ombrelles qui se ferment. Ce surnom lui a été donné car il est installé sur une portion de voie de chemin de fer toujours en activité où circulent chaque jour quatre trains dans chaque sens, obligeant les marchands à replier leurs étals, et donc leurs parasols, pour leur céder le passage dans un ballet bien réglé qui voit tout se remettre en place à peine la dernière voiture passée.


Pour moi, la meilleure façon d’être aux premières loges pour ce spectacle, c’est d’être à bord du train qui traverse le marché. Pour cela, depuis Bangkok, il y a un petit périple à faire en partant de la gare de Wongwian Yai, puis en prenant un bac pour traverser un bras du fleuve avant de monter dans un second train. En choisissant bien vos horaires, vous pourrez même descendre à quai et aller au cœur du marché voir le train repasser dans l’autre sens.

Vous pouvez retrouver les détails et horaires pour effectuer ce trajet sur cette page.

Sur la route 35 de Bangkok à Mae Klong, vous longerez des marais salants qui sont plus photogéniques et intéressants de février à avril quand la récolte du sel a lieu et que l’on voit les travailleurs s’activer pour constituer les petits monticules blancs.


Vous pourrez aussi faire étape au village de Don Kai Dee dans la province voisine de Samut Sakhon, réputée pour ses porcelaines Benjarong (littéralement "cinq couleurs") décorées des couleurs primaires noir, vert, jaune, rouge et blanc, et peindre votre propre tasse.


J’espère vous avoir donné envie de faire une escapade à Samut Songkhram, idéalement le week-end pour profiter des marchés flottants et pourquoi pas lors du festival de Loy Krathong qui a lieu en novembre (la date calculée sur le calendrier lunaire change chaque année), il y a ici une tradition unique de mise à l’eau simultanée de milliers de petits radeaux piqués de bâtons d’encens enflammés qui dérivent sur la rivière tandis que la parcourent des bateaux illuminés.

Comment rejoindre Samut Songkhram ?
Il existe deux possibilités pour venir à Samut Songkhram (Mae Klong) en transports depuis Bangkok : les minivans ou le train. Il y a des départs de vans passagers depuis le terminal Sud, Saï Taï Mai, ou le Terminal Est, Ekkamai. Par le rail, c’est un peu plus compliqué, vous devez prendre le train de la gare Wongwian Yai jusqu’à Mahachai, marcher 5 minutes pour prendre le bac qui traverse le fleuve, puis marcher à nouveau 5 minutes pour rejoindre la gare de Ban Laem et monter dans un second train pour Mae Klong. C’est lui qui passe au milieu du marché Rom hoop. A noter, qu’il y a aussi des minivans passagers pour Amphawa qui partent du Terminal Sud des bus de Bangkok.

Mes coups de cœurs
  • - Le petit marché flottant de Tha Kha
  • - Le restaurant Ranjuan proche du marché flottant d’Amphawa, vraiment excellent !
  • - Le tour des lucioles, le soir, à Amphawa
  • - Faire du shopping dans les boutiques du marché d’Amphawa
  • - L’unité de production de sucre de coco de la Amphawa Chaipattananurak Foundation
  • - Le marché sur la voie ferrée de Mae Klong
  • - Se réveiller tôt pour assister à la tournée des moines en barque
  • - Une balade à vélo dans la communauté de Ban Bang Phlap (malheureusement personne ne parle Anglais donc un peu compliqué de se faire comprendre sans être accompagné)









Informations légales